Encore une mauvaise nouvelle…

 

 

 

Nous venons d’apprendre le départ d’Yves SIMON, gendre de Marcel LETERTRE (185 940) et papa de Patrick SIMON, membre du CA.

La cérémonie se tiendra le jeudi 25 juin à l’église Saint-Nicolas de Châteaubriant à 14h30 suivie de l’inhumation au cimetière de Béré.

L’Amicale présente ses sincères salutations à son épouse Annick ainsi qu’à toute sa famille.

Bernard EVEN 185 535 vient de nous quitter

Encore une triste nouvelle!

Bernard EVEN, l’un des derniers survivants du convoi vient de s’éteindre le 23 juin peu après minuit.

il fut l’un des compagnons d’André BESSIERE, à Flöha. Il était membre de notre Amicale et ceux qui se souviennent de notre Assemblée générale à Pont-Aven en 2001, se rappelle de lui.

Ses obsèques seront célébrées le vendredi 26 juin à 10h 30 en l’église Notre Dame de Bressuire.

L’Amicale présente ses sincères condoléances à son fils Stéphane et à sa famille.

Pascal Domenech se souvient…

Lorsqu’il était enfant, Pascal se souvient que son père aimait lui dire le 8 mai, cela fait X années que je suis libéré.

Cette année, c’est le 75ème anniversaire de sa libération et Pascal nous envoie la photo du tatouage de son père, photographié à son insu, car comme beaucoup de nos parents, son père n’aimait pas parler de ce numéro tatoué sur son avant-bras.

 

 

 

 

 

8 mai 1945

8 mai 1945 :

Victoire de la France et des Alliés sur l’Allemagne nazie et fin de la seconde guerre mondiale

8 mai 1945 :

André Bessière († janvier 2017) , notre ancien Président et ami était libéré à Terezin (Theresienstadt) après avoir été déporté à Auschwitz-Birkenau, passé par Buchenwald puis Flossenbürg et enfin Flöha, Il survivra aux marches de la Mort et au typhus.

Ce jour là, il dira : « Sentiment de victoire, quand je vois cet officier de la Wehrmacht, écrasé par les chars russes, s’effondrer sans vie sur le sol ; effondrement symbolique de la défaite de la nation allemande. Sentiment de liberté retrouvée quand je perçois le chant des oiseaux et redécouvre la nature, symbole de vie et de renaissance »

Félix GUILLON vient de nous quitter.

Nous venons d’apprendre cette terrible nouvelle.

Félix GUILLON vient de nous quitter.

Félix GUILLON a été notre trésorier plus d’une dizaine d’années.

Félix a été un membre actif du groupe de travail ayant élaboré avec précision la liste des Déportés tatoués du convoi.

Félix a organisé et géré les courriers envoyés aux Maires de France afin de récolter les informations sur les Déportés nés dans leurs communes. Il a participé aux deuxièmes et troisièmes éditions de notre livre mémorial.

Félix a également travaillé sur l’élaboration de notre exposition itinérante.

Beaucoup se souviendront de lui, de sa gentillesse, de son écoute et de son engagement au service de la Déportation. Il était efficace, précis, organisé.

Il est parti le 22 mars 2020.

L’Amicale n’oublie pas le travail et l’engagement de Félix et présente ses très sincères condoléances à son épouse Marie-France et à sa famille.

Il y a 75 ans, libération de Roger CAILLÉ

Roger Caillé († 28/07/2008) fut libéré le 29 avril 1945 à Dachau.

Passé par Auschwitz-Birkenau puis Buchenwald, il arrive à Flossenbürg le 25 mai 1944.

De là, il est envoyé à Hersbruck le 15 juin 1944. Au total un groupe de 186 hommes regagnent Hersbrück, camp annexe de Flossenbürg, créé pour fonder une usine souterraine où seraient fabriqués des moteurs d’avions. Le travail des Déportés consistait à déblayer les roches qui avaient été préalablement dynamitées afin de mettre en place les galeries qui devaient accueillir les ateliers.

C’était un camp extrêmement dur. Sur les 186 hommes du départ, il n’est resté que 3 Déportés dont Roger.

Et s’il a pu survivre c’est grâce à son courage et son esprit de survie. Resté seul dans la mine, il se décidait à se faire écraser un doigt sous un wagonnet. Il réussit à quitter la mine et regagner son camp, peu après malade du typhus, moribond, il est évacué vers Dachau où à son tour il est atteint de dysenterie. Revenu parmi les siens, il a toujours travaillé, fondé une famille et toujours avec un moral d’acier.

Respect !

Un ouvrage consacré à Jean SUEUR (186 424) et à son épouse

« Une famille normande dans la tourmente nazie»

Vie et mort du réseau de résistance Salesman

Ouvrage de l’arrière petite fille de Jean SUEUR (186 424)

Consacré à ses arrière-grands parents, résistants déportés, ce livre a nécessité à l’auteure, Brigitte GARIN, sept années de recherche dans les archives françaises, allemandes, britanniques et suisses.

Des entretiens avec des anciens résistants et déportés ont nourri le récit complété par les témoignages de ses proches et de nombreuses lectures.

Cette histoire véridique se veut avant tout un hommage aux hommes et aux femmes qui se sont battus pour notre liberté. Parmi eux, se trouvent les résistants de Rouen, Le Havre, Dieppe, Déville-Lès-Rouen, Les Andelys, Gisors, des différents réseaux de ces villes.

Flyer-livre-Salesman commande