Invitation à une dédicace

Rappelez-vous des articles parus dans les numéros 24 et 25 de Notre Mémoire.

Paul Le Goupil nous livrait les résultats de son travail d’historien sur la présence des prêtres dans notre convoi qui furent tatoués à Auschwitz.

 

Nous venons d’être contactés par Monsieur Manuel Valls-Vicente qui est actuellement libraire, il a été pendant plus de dix ans historien spécialiste de la résistance, de la déportation et de la Shoah. Il a ainsi travaillé à la Fondation de la Résistance, à l’Association des Amis de la Fondation de la Résistance, au CNRS dans le cadre du projet E.G.O (écrits de Guerre et d’Occupation), et à »Yahad-in-Unum » l’association du Père Patrick Desbois enquêtant sur la « Shoah par balles ».

Plusieurs de ses proches ont participé à la Résistance (au sein de Défense de la France et de « La Vérité Français », branche soissonnaise du Musée de l’Homme) et ont connu l’horreur de la déportation (Ravensbrück, Buchenwald, Dora ainsi que les Kommandos d’Elrich et de Neu-Stassfurt).

Manuel organise une soirée de dédicace qui se tiendra à la librairie Pierre Brunet (20 rue des Carmes 75005) le jeudi 5 novembre prochain à 18h. Il accueillera Adrien Louandre, jeune historien, à l’occasion de la parution de son premier ouvrage « Dieu n’est pas mort en enfer », avec une postface de Raphaël Esrail (Président de l’Union des déportés d’Auschwitz).

En voici le résumé :

S’il existe des témoignages poignants sur la présence des chrétiens dans les camps nazis, comme ceux de Geneviève de Gaulle, Edmond Michelet, Éloi Leclerc ou Jacques Sommet, on ne disposait guère jusque-là d’une vue d’ensemble sur cette dimension de la déportation. Jeune historien, Adrien Louandre révèle ici comment ces déportés ont vécu leur foi dans un cadre aussi inhumain. À l’écoute des témoins, il reconstitue patiemment le concret de leur vie de croyants, la messe, la prière, la relation à la Bible, les rapports fraternels et les petits gestes de solidarité. Simples laïcs, militants, résistants, prêtres, tous ces chrétiens incarnent à leur manière des profils et des sensibilités variés, qui dévoilent tous un sens profond de l’homme et de l’amour de Dieu. Dieu était-il présent dans l’enfer des camps|? Oui, répond sans hésiter l’auteur, qui l’a perçu à travers les visages et l’existence de ces témoins ordinaires, dont la foi fut mise pourtant à la plus rude épreuve.

Dernières minutes

Bonjour à toutes et tous.

Votre conseil d’administration a pu se réunir virtuellement, hier mardi 24 novembre 2020. Il manque sur la photo Patrick Simon et Dominique Desormière (pb technique).

Nous avons pu échanger sur nos différents dossiers, vous recevrez le compte-rendu de cette réunion en fin d’année.

En même temps vous recevrez  un numéro de Notre Mémoire consacré à l’année 2019 avec la présentation d’un point financier ainsi que la vie de l’Amicale pour les années 2019 et 2020.

Vous rendre compte de l’activité de l’Amicale reste notre priorité.

Nous vous espérons toutes et tous à l’abri de l’épidémie, comme vous devez vous en douter, il n’y aura pas de galette en janvier 2021. Aucune date n’est encore arrêtée pour une Assemblée générale mais nous devons nous préparer à une année 2021 blanche sans grand rassemblement.

Portez vous bien et prenez soin de vous

Chaleureusement,

Votre Président

 

 

Encore une mauvaise nouvelle…

 

 

 

Nous venons d’apprendre le départ d’Yves SIMON, gendre de Marcel LETERTRE (185 940) et papa de Patrick SIMON, membre du CA.

La cérémonie se tiendra le jeudi 25 juin à l’église Saint-Nicolas de Châteaubriant à 14h30 suivie de l’inhumation au cimetière de Béré.

L’Amicale présente ses sincères salutations à son épouse Annick ainsi qu’à toute sa famille.

Bernard EVEN 185 535 vient de nous quitter

Encore une triste nouvelle!

Bernard EVEN, l’un des derniers survivants du convoi vient de s’éteindre le 23 juin peu après minuit.

il fut l’un des compagnons d’André BESSIERE, à Flöha. Il était membre de notre Amicale et ceux qui se souviennent de notre Assemblée générale à Pont-Aven en 2001, se rappelle de lui.

Ses obsèques seront célébrées le vendredi 26 juin à 10h 30 en l’église Notre Dame de Bressuire.

L’Amicale présente ses sincères condoléances à son fils Stéphane et à sa famille.

Pascal Domenech se souvient…

Lorsqu’il était enfant, Pascal se souvient que son père aimait lui dire le 8 mai, cela fait X années que je suis libéré.

Cette année, c’est le 75ème anniversaire de sa libération et Pascal nous envoie la photo du tatouage de son père, photographié à son insu, car comme beaucoup de nos parents, son père n’aimait pas parler de ce numéro tatoué sur son avant-bras.

 

 

 

 

 

8 mai 1945

8 mai 1945 :

Victoire de la France et des Alliés sur l’Allemagne nazie et fin de la seconde guerre mondiale

8 mai 1945 :

André Bessière († janvier 2017) , notre ancien Président et ami était libéré à Terezin (Theresienstadt) après avoir été déporté à Auschwitz-Birkenau, passé par Buchenwald puis Flossenbürg et enfin Flöha, Il survivra aux marches de la Mort et au typhus.

Ce jour là, il dira : « Sentiment de victoire, quand je vois cet officier de la Wehrmacht, écrasé par les chars russes, s’effondrer sans vie sur le sol ; effondrement symbolique de la défaite de la nation allemande. Sentiment de liberté retrouvée quand je perçois le chant des oiseaux et redécouvre la nature, symbole de vie et de renaissance »

Félix GUILLON vient de nous quitter.

Nous venons d’apprendre cette terrible nouvelle.

Félix GUILLON vient de nous quitter.

Félix GUILLON a été notre trésorier plus d’une dizaine d’années.

Félix a été un membre actif du groupe de travail ayant élaboré avec précision la liste des Déportés tatoués du convoi.

Félix a organisé et géré les courriers envoyés aux Maires de France afin de récolter les informations sur les Déportés nés dans leurs communes. Il a participé aux deuxièmes et troisièmes éditions de notre livre mémorial.

Félix a également travaillé sur l’élaboration de notre exposition itinérante.

Beaucoup se souviendront de lui, de sa gentillesse, de son écoute et de son engagement au service de la Déportation. Il était efficace, précis, organisé.

Il est parti le 22 mars 2020.

L’Amicale n’oublie pas le travail et l’engagement de Félix et présente ses très sincères condoléances à son épouse Marie-France et à sa famille.

Il y a 75 ans, libération de Roger CAILLÉ

Roger Caillé († 28/07/2008) fut libéré le 29 avril 1945 à Dachau.

Passé par Auschwitz-Birkenau puis Buchenwald, il arrive à Flossenbürg le 25 mai 1944.

De là, il est envoyé à Hersbruck le 15 juin 1944. Au total un groupe de 186 hommes regagnent Hersbrück, camp annexe de Flossenbürg, créé pour fonder une usine souterraine où seraient fabriqués des moteurs d’avions. Le travail des Déportés consistait à déblayer les roches qui avaient été préalablement dynamitées afin de mettre en place les galeries qui devaient accueillir les ateliers.

C’était un camp extrêmement dur. Sur les 186 hommes du départ, il n’est resté que 3 Déportés dont Roger.

Et s’il a pu survivre c’est grâce à son courage et son esprit de survie. Resté seul dans la mine, il se décidait à se faire écraser un doigt sous un wagonnet. Il réussit à quitter la mine et regagner son camp, peu après malade du typhus, moribond, il est évacué vers Dachau où à son tour il est atteint de dysenterie. Revenu parmi les siens, il a toujours travaillé, fondé une famille et toujours avec un moral d’acier.

Respect !

Il y a 76 ans, jour pour jour ! N’oublions jamais

Une dernière nuit sur une couche de paille humide et malodorante, suivi par un réveil brutal et une fouille sélective. Aligné sur la grande place, tous reçurent une boule de pain et un gros saucisson.

Le convoi passe la porte en silence, serré entre deux cordons de sentinelles armées de mitraillettes. Pour la deuxième fois, les Déportés vont traverser Compiègne. Un officier S.S. précède la colonne qui descend lentement vers la gare.

Les premiers rangs atteignent le quai de la gare de marchandises où les attendent des wagons à bestiaux grands ouverts. Ces wagons ont une contenance officielle de 40 hommes ou 8 chevaux. Ils mesurent 7 m de long sur 2.5m de large pour une hauteur de 2m20. Soit une surface de 17m50. Si l’on retire l’espace où se trouvait le bidon servant de toilette, il ne restait pour chaque Déporté qu’une surface proche du format d’une feuille A4.

Bottes, cravaches et crosses frappent, cinglent, pilonnent pour pousser et comprimer à l’intérieur les prisonniers avec leurs bagages jusqu’à ce que le compte, désespérément élevé d’une centaine d’hommes, y soit. La porte, immédiatement verrouillée sur un fouillis de pieds écrasés, de jambes coincées, de bras et de corps broyés les uns contre les autres, plonge le wagon dans la pénombre, le jour ne filtrant qu’au travers de la petite lucarne supérieure, garnie de barbelés, servant d’aération.

Comment respirer, s’asseoir, bouger ?

Les portes des wagons sont fermées et cadenassées.

Le convoi du 27 avril 1944 vient de partir. Il durera 4 jours et 3 nuits d’un hallucinant voyage où soif, asphyxie et démence transformaient certains wagons en cercueils ou cellules d’aliénés.

En fin d’après-midi du quatrième jour, le 30 avril, le convoi déchargeait sa cargaison humaine, sous un ouragan de terreur, sur un quai apparemment en rase campagne. En un instant, les portes des dix-sept wagons s’ouvrirent avec fracas.

En quatre secondes, la centaine de Déportés se trouvait basculée pêle-mêle sur le ballast et sur l’herbe, en contrebas. Amas grouillant d’hommes meurtris qui se redressaient sous les injures et sous les coups. Tout le monde dévale le plan incliné qui aboutit à la route ; les morts, poussés par les chiens, roulent comme des tonneaux. Les rangs se forment. Les fous sortent de la colonne, gesticulent et crient… On assiste à un véritable carnage.

Plus d’une soixantaine de morts au cours du trajet et une dizaine d’hommes abattus lors de la descente des wagons.

Malades soutenus par les plus valides, la colonne se forme et s’ébranle, encadrée de sentinelles dont les crosses accéléraient aussitôt l’allure.

Des hommes tombaient…   Des rafales crépitaient…

Après environ deux kilomètres de marche forcée sur un étroit chemin caillouteux, la colonne entrait dans un camp signalé par un panneau : AUSCHWITZ